Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

emotions

2020-08-29T07:30:00+02:00

Nouveautés à propos de l'Hydrops-maladie de Menière : la clinique et le traitement

Publié par Dr Piffaut
Nouveautés à propos de l'Hydrops-maladie de Menière : la clinique et le traitement
Nouveautés à propos de l'Hydrops-maladie de Menière : la clinique et le traitement

Juste pour rappel, j’ai remarqué grâce à la clinique et aux témoignages des patients suite aux traitements de régulation émotionnelle que sont EMDR, Tipi ou EmRes  et j’en témoigne depuis quelques années que :

-  plusieurs crises de  VPPB étaient rencontrées dans le passé de bon nombre de Menière dont la surdité au stade avancé où je les recevais était irréversible. 

- que les patients m'ont dit pleurer dans leurs vestibules, ou ressentir de la colère qui faisait monter la pression dans leur oreille les rendant sourds, de plus en plus sourds…

- qu’une IRM normale ne signifie pas qu'il n'y a pas eu un hydrops la veille ou quelques heures avant sa réalisation…

- que les crises de Menière/ hydrops ont totalement disparu de leur vie une fois traités avec l'EMDR 

- avoir assisté depuis de nombreuses années une multitude de fois au « vidage » de l'oreille au cours de la résolution émotionnelle (Tipi ou EmRes), ce qui vient corroborer le fait que l'hydrops est labile, qu’il peut disparaître en une fraction de seconde qu'il soit situé dans le saccule, l'utricule, ou les canaux semi-circulaire (pour ma part ce n’est pas important de le localiser puisqu’il disparaît dès que l’émotion a disparu). 

 

Pour conclure: 

- Faut-il attendre que la triade soit présente pour définir un Menière  alors qu'entre le blanc et le noir, il y a toutes les couleurs de l'arc en ciel , tout peut se voi? 

- Faut-il attendre que l’oreille soit détruite pour prescrire des séances de résolution émotionnelle ? 

- Que faut-il faire pour que les praticiens et notamment les kiné vestibulaires se sensibilisent et se forment à EmRes et l’enseignent à leurs patients qui pourront se réguler eux-mêmes en autonomie chaque fois qu’une crise se déclenche ? 

 

Ceci dit parce qu’il ne me semble pas normal de laisser évoluer cette pathologie (hydrops) au risque de voir se développer des surdités irréversibles , des vertiges invalidants à l’origine d’agoraphobie, des acouphènes invalidants source de dépression  etc… alors qu’il existe des solutions efficaces, rapides, économiques et écologiques (pas besoin de médicaments polluant nos rivières). 

Voir les commentaires

2020-05-01T08:17:00+02:00

Les acouphènes et émotions

Publié par Anne-Marie Piffaut
Les acouphènes et émotions

Acouphènes et émotions

Docteur Anne-Marie Piffaut

5 avril 2019.

 

Ce n'est pas tant l'acouphène qui est gênant que l'idée qu'on en a . Les émotions viennent perturber la perturber la perception des signes fonctionnels désagréables. On peut faire un parallèle avec la douleur. L'anxiété, la colère , le sentiment d'impuissance ou d'injustice, viennent les majorer. 

Comme pour tous les symptômes, ce que nous traitons en psychosomatique, c’est plutôt la Personne et sa façon de percevoir ses symptômes. Nous explorons les avantages et les inconvénients à les garder ou à les perdre. 

Les voix auditives nerveuses sont soumises au contrôle de la vigilance, et des émotions. Elles sont en relation avec la mémoire elle-même en lien avec les centres des émotions. Plus une personne est inquiète et plus elle sera vigilante à la recherche de ce bruit parasite. Plus elle est à l’écoute de ce bruit et plus elle l’engrange dans sa mémoire. 

Et naturellement toute personne qui recherche ce bruit, entend un acouphène dans le silence, en tournant la tête ou au cours des efforts à glotte fermée. 

En général, tout est fait pour que le corps humain s’adapte aux difficultés et maintienne une position d’équilibre biologique, sur le plan moteur, calorique.... Malheureusement si le stress provoqué par ces difficultés est trop intense, les sensations désagréables peuvent s’imprimer dans la mémoire traumatique et ne pas être « digéré », « métabolisé » à tous points de vue sensoriel, émotionnel, comportemental et cognitif. 

Le processus d’adaptation est perturbé. 

Plutôt que de chercher à s’adapter, puisque c’est impossible, la clinique étant très « parlante », écoutons plutôt ce que le symptôme veut bien nous dire. Qu’est-ce qui ne va pas, non pas cliniquement puisque les symptômes sont une conséquence du stress provoqué, mais plutôt « qu’est-ce qui ne va pas dans le vie de la personne ? ». 

Donc, lorsqu’une personne a vécu de graves difficultés, l’EMDR[1]est le traitement de choix. Elle peut être utilisée même si ce qu’elle a vécu ne relève pas du stress post-traumatique. David Servan Schreiber nous a conseillé de traiter ce qui était « le pire » pour la personne sans juger de la gravité. Car ce qui peut sembler banal pour l’une peut être le pire pour une autre. Et ça marche ! Associez la cohérence cardiaque chaque jour trois à quinze minutes et d’autres pratiques de régulation émotionnelle  telles que Tipi ou EM Res et le tour est joué. Ce  qui va changer c’est surtout la tolérance du symptôme ou sa résolution.


L’organisme est constitué de telle façon qu’il s’adapte aux changements. Quand on commence à pratiquer un sport, on a rapidement des tensions, des courbatures et des douleurs. Il faut y aller en douceur pour ne pas souffrir. Il en est de même pour les symptômes. Leur survenue brutale et imprévisible est source d’émotions. Lesquelles sont en lien avec la colère, la peur, la tristesse et pourquoi pas la joie. 

Avantages / Inconvénients

Des personnes ont reconnu se sentir exister avec leurs acouphènes ou d’ailleurs tout autre symptôme. D’autres reconnaissent que l’entourage est devenu beaucoup plus compatissant. Cela vous étonne mais les symptômes peuvent avoir des avantages et les patients en prennent conscience grâce à la psychothérapie. Certaines par exemple ont reconnu en thérapie qu’elles imaginaient voir disparaître leurs troubles une fois que le procès en cours leur donnera gain de cause. Quand une procédure judiciaire dure des années, il y a de quoi « se faire du soucis et souffrir dans son corps ». Après le procès les symptômes disparaissent « comme par enchantement », mais à bien réfléchir, il y a des raisons biologiques à cela. 

Si la cause c’est l’accident, la conséquence c’est le symptôme. C’est pourquoi s’acharner à vouloir agir sur les conséquences d’un problème ne traite pas le problème. Pour guérir définitivement des perturbations de la vie qui n’est pas un long fleuve tranquille, le traitement doit porter sur la résolution de l’origine du problème, c’est à dire les causes. 

Nous évoquons volontairement le « symptôme » car même si le thème porte sur les acouphènes, il en est de même pour les symptômes en général. La prise en charge est globale. Il arrive même très souvent avec l’EMDR de constater une amélioration des troubles présentés dans différents lieux du corps et qui n’ont même pas été évoqués en consultation. Ainsi avons-nous remarqué que des personnes consultant pour des vertiges et des acouphènes voyaient leurs troubles sexuels, un asthme, un psoriasis ou un eczéma disparaître d’eux-mêmes. L’action de l’EMDR et des pratiques de résolution émotionnelle conduisent à une véritable guérison (ce qui est traité l’est définitivement) et est généralisable aux situations et à la symptomatologie dérivant de la même racine émotionnelle. 

L’acouphène est un symptôme, un langage, ce n’est pas une maladie. Découvrons ensemble ce qu’il signifie. 

Comme je l’ai expliqué dans mon livre sur les acouphènes[2], l’oreille produit du bruit physiologiquement. C’est normal. L’influx nerveux produit par les oto-émissions acoustiques qui se propagent le long des voies auditives périphériques puis le long des voies centrales pour arriver en zone sous-corticale auditive, au dessous du cortex cérébral sensoriel auditif. Le temps pris pour fournir les explications anatomo-physiologiques et  psychopathologiques n’est pas du temps perdu. Le patient comprend « comment ça fonctionne », il bénéficie ainsi d’images mentales, de représentations mentales qui vont le tranquilliser. Il ne s’inquiète plus, lui qui imaginait avoir une tumeur malgré plusieurs IRM ayant éliminé une lésion. « Docteur, s’ils ne passent pas c’est bien que j’ai quelque chose de grave ! » Alors par provocation, ce qui pourrait se nommer « une annonce paradoxale », nous pouvons imaginer que « c’est une chance », parce que ce bruit tendrait à prouver que l’oreille est bien vivante et qu’elle prévient d’un dépassement des limites que le corps ne peut plus supporter. Un confrère gastroentérologue entendrait  dire « Docteur mon ventre fait du bruit », une cardiologue « Docteur mon cœur est bruyant, je l’entends battre dans mon thorax ». C’est normal, le corps fait du bruit. Et dans le silence, cela peut vite devenir intolérable. C’est pourquoi il est conseiller de sortir le plus souvent possible plutôt que de s’isoler parce que dehors le monde est bruyant et un niveau sonore élevé dans la limite du tolérable (pas d’excès) produit un effet de masque des acouphènes. Parfois chez ces personnes qui ne sortent plus on peut détecter une phobie sociale (13% de la population). Le symptôme est alors un prétexte (erroné) pour ne pas sortir et ainsi éviter le regard des autres. Ça peut aller jusqu’à la peur des figures d’autorité par manque d’estime de soi ou de confiance en soi. C’est alors que seront enseignées les techniques d’affirmation de soi autrement nommées « apprentissage des compétences sociales » qui leur permettront de demander de l’aide quand elles en auront besoin, de refuser quand elles ne voudront pas, de faire ou recevoir des critiques. Ces critiques provenant des autres mais aussi d’elles-mêmes pour peu qu’elles écoutent leurs discours intérieurs. Normalement il n’y a pas de meilleur ami que soi-même mais c’est loin d’être le cas pour tout le monde. Ecoutez comment vous vous parlez, tous les noms d’oiseau dont vous vous affublez. Vous seuls pouvez en changer. Le psychothérapeute vous guidera. 

Il n’est jamais trop tard pour traiter le passé, le présent et le stress à venir par anticipation anxieuse. Les psychothérapeutes expérimentés s’y emploient. Choisissez ceux qui possèdent plusieurs casquettes : TCC[3], EMDR, Tipi/EmRes[4]pour qu’ainsi les patients ne soient plus obligés de faire le tour de France à la recherche de solutions. Des solutions, il y en a désormais et elles sont d’autant plus efficaces que les patients sont motivés et appliquent les consignes. Il suffit parfois d’une seule consultation pour que tout rentre dans l’ordre pour des patients qui ont consulté une multitude de praticiens. Dans les cas les plus complexes, plusieurs séances seront nécessaires. 

L’EMDR permet d’activer les réseaux de mémoire. Elle désensibilise ce qui signifie qu’elle permet aux émotions de s’atténuer et de disparaître. Souvenez-vous « Ce n’est pas tans l’acouphène qui est gênant que l’idée qu’on en a ». « L’idée qu’on en a », les cognitions, sont à l’origine de la majoration des troubles et le passé vient renforcer le présent autant de façon positive (les bons souvenirs) que de façon négative (les mauvais souvenirs). 

Un patient qui souffre d’acouphènes sera reçu en séances individuelles. Et pour ceux qui ont besoin de traiter leurs troubles de l’assertivité, des séances de groupe d’affirmation de soi sont proposées. Leurs principales indications sont la phobie sociale et la gestion des conflits interpersonnels. 

Notre pratique porte sur 7500 patients traités de façon intégrative. La plupart se disent traités, améliorés ou guéris en quelques séances. Nous pouvons suivre l’évolution de nos pratiques dans le temps depuis 1995. 

  • De 1995 à 2000 : 30 séances en utilisant les TCC et les techniques d’affirmation de soi
  • De 2000 à 2017 : 10 séances juste après 2000 puis 6 séances récemment du fait de l’intégration d’autres thérapies à l’EMDR (hypnose et cohérence cardiaque) 
  • A partir de 2017 : 3 à 5 séances du fait de l’ajout de Tipi et EM Res récemment.

 

Pour les groupe d’affirmation de soi,  les personnes sont reçues douze séances. 

 

En conclusion. 

Plus on intègre de pratiques différentes adaptées et complémentaires plus la prise en charge est efficace. Les ORL ont besoin d’être formés et les patients informés. Il y a toujours des solutions.

 

 

 

 

[1]EMDR : Désensibilisation et reconstruction cognitive par les stimulations bilatérales alternées.

[2]« L’acouphène dans tous ses états ». www.bookelis.com.

[3]TCC : Thérapies comportementales et cognitives.

[4]Régulation émotionnelle (Emotions-résolution)

[5]Informations sur le site <www.anne-marie.piffaut.overblog.com>

Voir les commentaires

2018-04-30T10:43:00+02:00

Hydrops, Ménière et affirmation de soi

Publié par Anne-Marie Piffaut

Mes vertiges ? Ils ont disparu!

Apprendre à s'affirmer est peut-être la solution, ne croyez-vous pas?

Comment apprendre à se comporter de façon socialement acceptable ?

Un stage d'affirmation de soi peut vous apporter toute satisfaction. Il s'adresse à des personnes motivées après un entretien préalable.

Témoignage d'un patient de 35ans

« Non, je ne peux pas dire ça à mon patron ! Sa collection ne me plaît pas. J'ai honte ! Que faire lorsque je bous intérieurement et je ne me sens pas capable de dire ce que je pense et ce que je ressens. Je me reproche ma passivité, je suis en colère envers moi. Je sens monter la pression et je suis prêt à exploser. La tête me tourne, je vais m'écrouler, je perds l'équilibre. Et ces bruits terribles qui sifflent dans mon oreille. Je me retrouve aux urgences à l'hôpital, adressé par mon médecin traitant. L’ORL de garde me bascule dans un sens dans un autre, il dit que ce sont des cristaux qui se sont décollés et qu'il faut les déplacer pour qu'ils ne déclenchent plus de vertiges.

Ce que je ne lui ai pas dit

c'est que les vertiges sont apparus la veille de la présentation de la dernière collection de haute couture. Vaciller, paniquer, éviter. Rien que d'y penser, les acouphènes sifflent dans mon oreille. Je n'y arriverai jamais. Je déprime, je ne suis pas fier de moi. Personne ne peut me comprendre ».

Comment dire ce que l'on pense sans froisser l'autre?

Témoignage: " Le thérapeute m'a dit : "Vous êtes responsable de ce que vous faites mais vous n'êtes pas responsable de ce que les autres ressentent ou pensent". Il m'a donné cet exemple: " S'il y a dix personnes qui vous écoutent, aucune ne ressentira la même chose. L’une sera indifférente, l'autre vous trouvera drôle, une autre agacée".

D'avoir compris, ça me soulage.

Je peux dire à mon patron que je trouve sa collection pas très amusante, étonnante ou originale et lui proposer des solutions (méthode du DESC: faire une critique avec demande de changement).

J'ai pris beaucoup de plaisir à m'entraîner à un jeu de rôle avec mon amie. Nous avons bien ri au début, puis sérieusement j'ai trouvé les mots qui me convenaient. Demain j'affronte le boss! Pas besoin de me rendre malade pour éviter de dire ce que je pense. Allez courage mon bonhomme! ".

Quelques jours plus tard: "Savez-vous ce que m'a dit mon patron? : " Au moins avec vous ce qui est bien c'est que vous apportez des solutions".

Quand j'y repense, j'aurais dû apprendre à m'affirmer plus tôt".

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog